top of page
  • Photo du rédacteurSection Flunch CFDT

Compte rendu du CSEC extraordinaire du 13 septembre 2023

Dernière mise à jour : 16 déc. 2023




Membres CFDT présents :


DESLANQUE Anne-Cathy (Titulaire)

DUBOIS Grégory (Titulaire)


BAUDIER Éric (Représentant syndical)


Nombre de votants : 8 et 7 (8 pour la réunion de 9 heures et 7 pour la réunion de 10 heures).


Ce CSEC a été divisé en deux réunions l'une à 9 heures et l'autre à 10 heures.


CSEC EXTRAORDINAIRE 9 heures


1. Composition du CSEC pour la séance :


Point sur les présents et les absents.


2. Information-consultation sur un projet d'évolution de l'organigramme juridique :


Intervention de la direction générale de l’entreprise.


Solution envisagée :

- Un nouveau financement envisagé à hauteur de 30 000 000 Euros.

- Une sortie des contraintes du PGE 


La mise en œuvre de ces solutions nécessiterait une sortie du périmètre d’Agapes SA et en rattachement de la SAS Flunch majoritairement à RESTABIS (Pas encore créé).


Situation de Flunch Traiteur :

Constats :

  • Interdépendance des ateliers Traiteurs avec les restaurants Flunch.

  • Rattachement opérationnel des deux ateliers Traiteurs

Calendrier envisagé :

- 19/10/23 : Information- consultation du CSEC.

- Oct-nov : Poursuite des négociations entre Agapes S.A et ses partenaires bancaires afin de permettre la sortie de l’enseigne Flunch du périmètre d’Agapes SA (et donc du PGE).

- Fin novembre : financement de 30 000 000 Euros.

- Fin d’année : Modification de l’organigramme juridique :

  • Cession des parts sociales de Flunch Traiteur à Flunch SAS.

  • Changement d’actionnaire pour Flunch SAS.

Le CSEC a été consulté sur la cession des parts sociales de Flunch Traiteur à Flunch SAS ainsi que le sur le changement d’actionnaire de Flunch SAS.


Résultat de la consultation :


Favorable ->  8  - Défavorable ->  0  - Abstention –> 0.



3. Réponses aux questions soulevées par les membres du SEC les 13 juillet et 5 octobre 2023 dans le cadre des articles 1.2312-63 et suivants du Code du travail :


Question :


Quel est le niveau actuel (à fin septembre 2023) de la trésorerie du Groupe AGAPES

RESTAURATION ? Nous présenter l'évolution mensuelle détaillée (détail des flux) de la trésorerie du Groupe de janvier 2023 à la date actuelle, ainsi que les projections de la trésorerie du Groupe jusqu'à 2027, soit jusqu'à la fin de remboursement des PGE (6 août 2027).


Réponse :


Comme vous le savez, la gestion de la trésorerie s'opère au niveau d'AGAPES. Nous ne disposons pas des informations détaillées relatives à la situation de trésorerie d'AGAPES, ni a fortiori des projections de trésorerie jusque 2027.


Question :


Quel est le niveau actuel (à fin septembre 2023) de la trésorerie de FLUNCH SAS ? Nous présenter l'évolution mensuelle de la trésorerie détaillée détail des flux) de FLUNCH SAS de janvier 2023 à la date actuelle, ainsi que les projections de la trésorerie de l'enseigne jusqu'à 2027.


Y a-t-il, à date, un risque de cessation de paiements de l'entreprise FLUNCH SAS ?


Réponse:




La projection 2024-2027 est en cours associée au processus du budget 2024.


Question :


Quel est le diagnostic des actionnaires de FLUNCH SAS sur la situation financière actuelle de

l'entreprise ? Quelles sont les mesures envisagées pour redresser l'entreprise ? Nous présenter le nouveau « business plan » de FLUNCH SAS (qui était en cours d'écriture au cours de l'Expertise de Diagoris et au 13 septembre dernier) et les comptes prévisionnels à court terme (les reforecasts, 2023 et 2024).


Réponse:


L'atterrissage 2023 est toujours prévu à -11 M€ d'EBITDA.


La construction du business plan 2024-2026 est en cours et devrait être finalisée pour la fin de l'année.


Question:


Quelle est l'évolution mensuelle du Chiffre d'Affaires et de l'EBITDA de FLUNCH SAS de

janvier 2023 à la date actuelle, avec le détail du calcul mois par mois ?


Réponse:


Vous constaterez notamment que :


Le CA à fin septembre 2023 a progressé de près de 30 M€, avec une stagnation depuis août par rapport à 2022 en raison d'une baisse de la fréquentation compensée par une augmentation des prix.


L'EBITDA demeure fortement négatif (-8,30 M€) et l'avance sur 2022 (2,50 M€) se réduit depuis le mois d'août dernier.


Question :


État de la fréquentation du parc depuis fin avril 2023 et évolutions par rapport à la même période de 2022 et de 2019 (pré-Covid) ?


Réponse :


Vous trouverez ci-dessous l'évolution de la fréquentation du parc.



Question :


Comment s'est déroulé l'été (juin, juillet et août) sur le plan opérationnel ? Des restaurants

souffrent-ils particulièrement ? Lesquels, et pour quelles raisons ?


Réponse :


Nous avons identifié une liste de restaurants en décrochage de taux de marge moins frais v.

bench.


Un plan d'action spécifique est en cours pour chacun d'eux afin qu'ils retrouvent rapidement une rentabilité conforme à celle de leur bench.


Pour les restaurants sélectionnés, un plan d'action est établi et partagé entre tous les acteurs

opérationnels : directeur du restaurant et encadrement, DOR et DO, RHO, CDG, RTR. Il identifie les leviers d'action à mettre en œuvre par restaurant : fiabilité des prévisions, travail sur les trames horaires, PAD, inventaire technique...


Des résultats concrets ont été obtenus dès le mois d'août avec notamment une diminution du

taux de démarque de 1pt en moyenne (vs un taux stable au global compagnie).


Question :


À date, quels actifs fonciers ont été cédés et pour quels montants ?


Les élus demandent que leur soient communiquées les copies des compromis de vente de

Villeneuve 2 et des trois cellules commerciales de Ville du Bois.


Au-delà des actifs fonciers déjà a priori cédés, quel est l'état des possibilités de cessions

immobilières ? Quelle est la valeur actuelle des actifs immobiliers cessibles détenus par FLUNCH SAS et/ou par AGAPES SA ?

Quel est le montant total des marques d'intérêt reçues ?


Sur les marques d'intérêt reçues, les élus demandent que leur soient communiquées les copies deces marques d'intérêt.


Pour chaque actif immobilier cessible et ayant fait l'objet d'une marque d'intérêt : valeur

comptable, rapport de valorisation associé (déterminant le prix de cession), plus ou moins-value potentielle, identité de l'acquéreur potentiel ?


Réponse :


Depuis le 13 septembre 2023, 2 évolutions ont eu lieu :

- La cession de l'immobilier Traiteur pour 1,10 M€ (VNC 0,60 M€)

- 4 nouveaux projets identifiés (Béthune, Saint-Nazaire, Lyon Limonest, Brive-la-Gaillarde) en cours de valorisation et de négociation.


Il nous reste un total de 11 autres actifs immobiliers (ce inclus les 4 désignés ci-dessus en cours de négociation) dont 2 chez Flunch SAS et 7 faisant l'objet d'une exploitation sous enseigne Flunch. Leur valorisation totale est estimée à 18 M€. Plusieurs de ces actifs sont inexploités (Saint-André Les Vergers, Le Havre Grand Cap, St Germain du Puy, Cognac).


Nous ne souhaitons pas communiquer la copie de ces marques d'intérêt qui sont couvertes par des engagements de confidentialité et qui ne sont pas communicables, ces simples marques d'intérêt ne pouvant être considérées comme des offres d'achat, ni même des promesses qui engageraient leur auteur.


Le SEC sera consulté lors de la réunion ordinaire du 19 octobre sur les projets de cession d'actifs immobiliers de 6 établissements.


Question :


État des investissements à date:


Projets de transformation de restaurant prévus pour 2023 ont déjà été reportés : lesquels ? Pour quelle date de reprise ?


Pourrait-on obtenir le calendrier réactualisé des transformations 2023 et 2024?


Réponse:


En 2022, Fâches a été transformé.

Il était prévu 24 restaurants transformés au budget FY23, dont Roncq. 10 restaurants ont été

transformés (dont Roncq).


Les 14 restaurants dont la transformation a été reportée sont les suivants :


- Amiens Glisy

- Brétigny.

- Carré Sénart.

- Englos.

- Lens.

- Marseille Vitrolles.

- Maubeuge.

- Montpellier Pérols.

- Thiais.

- Toulouse Roques.

- Tours Saint-Pierre.

- Saint-Quentin.

- Strasbourg Illkirch.

- Valenciennes.


Les informations concernant le dernier trimestre 2023 ont été données en réunion de SEC le

13 septembre dernier.


Concernant les restaurants qui seraient prévus en transformation en 2024, la liste et les

documents d'information vous sont communiqués avec l'ordre du jour de la réunion ordinaire du 19 octobre 2023.


Question :


L'enseigne compte-t-elle céder, à nouveau, des fonds de commerce? Si oui, lesquels ?


Réponse :


Cette éventualité n'est pas exclue. Une réflexion est en cours sur ce sujet, mais à date aucun

projet finalisé, ni a fortiori de décision n'est arrêté.


Question :


L'enseigne compte-t-elle céder, à nouveau, des fonds de commerce? Si oui, lesquels ?


Réponse:


Cette éventualité n'est pas exclue. Une réflexion est en cours sur ce sujet, mais à date aucun

projet finalisé, ni a fortiori de décision n'est arrêté.


Question :


L'enseigne compte-t-elle fermer, à nouveau, des restaurants ? Si oui, lesquels ?


Réponse:


À ce jour, aucun projet de fermeture de restaurants sur Flunch SAS n'est décidé.

Si tel était le cas, nous engagerions naturellement un processus de consultation du SEC, mais ce n'est pas d'actualité.


Question:


Un nouvel apport en fonds propres des actionnaires de FLUNCH SAS est-il prévu en 2023 ou en 2024?


Réponse:


Des discussions sont en cours. Nous vous apporterons des informations complémentaires le

19 octobre en présence d'un représentant de l'actionnaire.


Question:


À date, quel est l'état des négociations avec les banques, quant à l'aménagement des conditionsrelatives au remboursement des financements moyen terme d'AGAPES SA (50 M€, dont 40 M€ àéchéance fin 2023 et 10 M€ à fin 2024) et au prêt garanti par l'État (90 M€) souscrit fin 2021 ?


Les élus demandent que leur soient communiquées les copies des échanges avec les partenaires bancaires.


Réponse:


Les négociations engagées avec les banques se poursuivent et sont par nature confidentielles.


Question :


Quels sont les moyens financiers des actionnaires de FLUNCH SAS (trésorerie, fonds propres) ?


Réponse:


Nous ne disposons pas de ces informations.


Question :


Quels sont les moyens financiers des actionnaires d'AGAPES SA (trésorerie, fonds propres) ?


Les élus demandent que tous les documents relatifs aux actionnaires de SURESTAG SAS (les SCA ACANTHE, VALOREST et CIMOFAT) leur soient communiqués pour les 3 derniers exercices :


- Rapport général et spécial des commissaires aux comptes.

- Rapport de gestion.

- Liasse fiscale complète (avec les annexes).

- Balances générales.


Réponse:


La Société FLUNCH SAS appartient au groupe AGAPES RESTAURATION comprenant les sociétés SURESTAG, RESTAG, AGAPES SA et ses filiales.


Il n'y a donc pas lieu pour la société FLUNCH SAS de transmettre les documents sollicités se

rapportant à des entités juridiques extérieures et dont elle ne dispose pas.


Question :


Les actionnaires de FLUNCH SAS comptent-ils demander le placement de l'entreprise en

redressement judiciaire?


Réponse:


Le redressement judiciaire est susceptible d'intervenir en cas de cessation de paiements. La

Direction de Flunch mène toutes les actions requises au quotidien pour que l'état de la trésorerie permette d'éviter la réalisation de ce risque.


Question :


Quel est le diagnostic des actionnaires d'AGAPES SA sur la situation financière actuelle de

l'enseigne FLUNCH SAS ?


AGAPES SA souhaitent-elles conserver l'entreprise ?


La cession de l'entreprise est-elle aujourd'hui un scénario envisagé par les actionnaires ?

Un représentant d'Agapes SA a répondu à ces questions lors du point précédent, mais les

réponses apportées entrent sous le coup d'informations confidentielles ne pouvant être

communiquées dans ce compte rendu.


4. Consultation sur la désignation d'un expert-comptable en vue d'assister le SEC dans le cadre des articles L.2312-63 et suivants du Code du travail :


Resultat de la consultation :


Favorable -> 5 - Défavorable -> 3 - Abstention -> 0.


Le CSEC a émis un avis favorable.


5. Consultation sur le choix du cabinet d'expert-comptable en vue d'assister le SEC dans le cadre des articles L.2312-63 et suivants du Code du travail :


Le CSE a proposé le cabinet DIAGORIS.


Résultat de la consultation :


Favorable -> 7 - Défavorable -> 0 - Abstention -> 1.


Le CSEC a émis un avis favorable pour le choix du cabinet DIAGORIS.


CSEC EXTRAORDINAIRE 10 heures


1. Composition du CSEC pour la séance :


2. Approbation des procès-verbaux suivants :


- De la réunion ordinaire du 4 juillet 2023.

- De la réunion extraordinaire du 16 août 2023.

- De la réunion extraordinaire n°1 du 13 septembre 2023.

- De la réunion extraordinaire n°2 du 13 septembre 2023.


L’ensemble de ces procès-verbaux ont été retenus.


3. Information sur les résultats à fin septembre 2023 :


Voici les différents points traités relatifs aux résultats de l’entreprise à fin décembre 2023.


Nous ne communiquons encore une fois pas de données chiffrées trop précises afin de respecter la confidentialité de ces informations sensibles.


- Un EBIDTA au budget malgré l’activité ralentie.

- Des gains sur les coûts qui compensent l’activité.

- Un EBIDTA mensuel proche de l’équilibre depuis 3 mois.

- Une activité en progression de + 1.2 % Vs 2022.

- + 1,30 euro en moyenne plateau adulte après réductions.

- Démarque et activité pénalisant la marge.

- Une productivité client équivalente sur objectif.

- Transformation des restaurants : gain de + 14 % en clients.

- À fin septembre, un EBIDTA en retard vs budget de 8 600 000 euros.

- À fin septembre : retard essentiellement dû au manque d’activité.

- Point sur les restaurants en difficulté qui n'atteignent pas les objectifs.

- Point sur les restaurants ayant bénéficié de la transformation.


Globalement la transformation a eu un effet positif sur les restaurants.


4. Information Consultation sur les projets de cessions d'actifs immobiliers de :


- Chambéry Chamnord.

- Lens.

- Liévin.

- Nancy (Flunch café).

- Troyes (Flunch café).

- Rouen Barentin.


Résultat de la consultation :


Favorable ->  7  - Défavorable ->  0  - Abstention –> 0


Le CSEC a émis un avis favorable pour la cession des actifs immobiliers concernés.


5. Point Produits :


Échanges sur les différents projets et tendances envisagés dans l’entreprise à ce sujet.


6. Point d'étape sur le projet Lean Coût du projet Lean :


Intervention du responsable du projet.


- Point budgétaire ligth (estimation du coût du projet).

- État d’avancement processus froid et free-flow (actions en place, actions à terminer).

- Indicateurs processus froid et free flow.

- Lancement chantier performance laverie salle.


7. Information consultation sur le projet de transformation des restaurants de :


- Avignon le Pontet.

- Béziers

- Chambéry Chamnord.

- Carré Sénart

- Dunkerque

- Englos

- Marseille Vitrolles

- Maubeuge

- Mers-Les-Bains

- Montpellier Pérols

- Saint-Quentin


Résultat de la consultation :


Favorable ->  7  - Défavorable ->  0  - Abstention –> 0


8. Mise en place de l'aménagement du temps de travail sur l'année des employés d'exploitation au 1er janvier 2024 :


Une réunion générale sera organisée dans chaque restaurant.


Tous les salariés à temps plein basculeront automatiquement en annualisation. En ce qui concerne les temps partiels antérieurs à l’accord (1er mars 2023) on leur proposera un avenant qu’ils seront libres de refuser ou pas.


Présentation de TimeUP :


Il s’agit du nouveau logiciel de planification devant remplacer Equitime. Ce point a été reporté et ne sera pas traité lors de cette réunion.


Information sur le projet d’évolution du logiciel de paie :


Le logiciel actuel n’est plus adapté aux besoins de l’entreprise et sera remplacé au premier juin 2024.


Ce nouvel outil sera plus polyvalent et plus efficace que le précédent.


9. Point sur la mise en œuvre du PSE :


L’avant-dernière réunion de la commission de suivi a eu lieu le 17 octobre 2023.


La prochaine et dernière réunion sera programmée en mai 2024.


I. Point sur les adhésions


À date, il y a 601 accompagnés.


Répartition des personnes par solution identifiée :



67 % des personnes en solution emploi définitive et 16 % en cours de reconversion soit 83 % des personnes.


Point sur les solutions identifiées :



II. Examens de demandes de formation et création d’entreprise


Pas de demande.


III. Point sur les personnes en congé de reclassement


À date, il y a 3 personnes dont les fins de CR sont : 20 octobre, 30 avril et 5 mai 2024.


Partie santé-sécurité et conditions de travail :


10. Compte rendu de la réunion de CSSCTC du 5 octobre 23 (Étude ergonomique jointe) Progrès en ergonomie et conditions de travail que va apporter la transformation des restaurants ?


Composition de la CSSCT :


Point à date sur les travaux des sites transformés :


Question élus : Est-ce qu’il y a de nouvelles choses qui vont être mises en place sur les restaurants transformés en fin d’année ?


Réponse : On a le rapport depuis 3 jours.


On a identifié des points qu’on a pris en compte comme les reposes plateaux. On ne va pas se priver de faire quelque chose quand on peut le faire. On ne peut pas prendre en compte toutes les pistes de réflexion. Il faut nous laisser le temps pour voir les différents services.


Remarques élus : Il faut optimiser les postes de travail.


Calendrier : décalage sur V2 commission de sécurité le 31 octobre réouverture le 2 et novembre midi Service à blanc prévu le 1er novembre.


  1. Point sur les travaux de l'ergonome


Rapport et préconisations, ses analyses des plans des sites transformés.


Préambule : la présentation est très dense, on va faire la présentation par bloc et on échange après chaque bloc.


Analyse comparative des restaurants avant et après transformations : Bordeaux lac, Toulouse Labège, Roncq.


Mme Biotteau remercie toutes les personnes qui ont été sollicitées pour l’analyse.


Objectif : Analyses de l’activité et plans de masse. Apporter des solutions sans modification du mobilier ou implantations.


Il y a eu des relevés, mesures, photos et vidéos.


Terrain de Bordeaux-Lac (témoin non transformé) :


  • 2 journées d’observations : à faible/moyenne activité (mercredi), à forte activité (samedi) ;

  • 15 entretiens d’explicitations sur poste ;

  • Entretien direction + 2 adjoints.


Terrain Roncq :


  • 1 journée d’observation : à forte activité (samedi) ;

  • 12 entretiens d’explicitations sur poste ;

  • Entretien direction + 1 adjoint.


Terrain de Toulouse Labège :


  • 1 journée d’observation : à faible/moyenne activité (mercredi) ;

  • 10 entretiens d’explicitations sur poste ;

  • Entretien direction + 1 adjoint.


Bordeaux Lac :


2 typologies de salariés : + de 40 ans avec forte ancienneté (+15 ans) ; jeune avec faible ancienneté (-3 ans) .


- Répartition des tâches selon l’ancienneté :


  • Population + jeune dédiée à la salle et la laverie ;

  • Population + ancienne dédiée à l’espace froid, VAE, cuisson, réassort entrée/dessert/salade’bar ;

  • Mixte : ligne chaude, lignes de caisses


Technique : Dépannage quotidien, effet bricolage, rattrapage continu (ex. roue chariot client ; aspiration, porte-cellule froide), vétusté des matériels, outils, équipements.


==> Renouvellement matériel, Aménagement et rénovation des arrières.


Laverie : Travail à la chaîne, rythmé et cadencé à fortes contraintes biomécaniques, port de charges, forte sollicitation des membres supérieurs, posture penchée, courbée, bras en extension au-dessus du niveau du cœur.


Environnement physique : chaleur, bruit solidien constant et élevé, hygrométrie, graisse.


Poste à forte dimension physique, rapidité, organisation, gestion des temporalités.


==> Optimisation convoyeur // hauteur des étagères et bacs à verres ex. sur un même niveau avec proximité lave-vaisselle (ex. ôter un espace poubelle pour un repose bac).


Cuisson : Lancement de multiples cuissons et précuisons, manutention d’un même plat à plusieurs reprises ; à la pièce Transfert plat cuisson >> plat de préparation >>> plat de présentation (ex. frite), rangement des ustensiles sur chariot, port de charges dont poids ++ des contenants légumes (cocotte), concentration, calcul, anticipation, gestion des temporalités.


Poste à charge mentale avec manipulations et manutentions avec des ambiances de travail chaudes


==> Capacité du four poulet + grand ; Plan de travail à prévoir ; Formation de personnel, valorisation métier.


Ligne chaude : Comptoir : service, cuissons et préparations minutes, équipement/matériel en panne (ex. 1 plaque de grillade fonctionnelle), pas d’espace prévu pour les pieds.


Focus Comptoir Burger, utilisation du meuble crêpière, absence de plan de travail suffisant, format contenants sauces insuffisant >> préparation amont des opercules et étiquetages et dates d’ouvertures. Postures penchées, courbées, agenouillées // zone d’atteintes. Pas de zone de rangement dédiée pour les ustensiles.


Préparations froides entrées-pâtisserie-salade-traiteur : Passages fréquents, circulation avec échelles et aliments préparés ; Plans de travail (4,7 m) fractionnés soit environ en moyenne 1,56 m (L)/pers. Avec 3 pers. max en simultané pour les réparations qui nécessitent contenants, plateaux, produits, zone de travail libre, stockage à proximité ; Pâtisserie : 1 plan de travail réel (1,19 m), car outils et matériel (ex. robot, 60 cm) encombrent les surfaces de travail. Échelles : 3 échelles dédiées pour décongélation, produits fermés, produits entamés + 4 échelles extérieures : uniquement pour les préparations du jour.


Traiteur et livraison B2C et B2B : activité peu prévisible, « à la demande Client » (commandes en direct ou site internet) > + 1 personne (6 h 30 à 8 heures). Entrées et Salad’ Bar : complexité printemps/été en raison des produits frais à préparer/gérer ; recettes hebdomadaires changeantes conçues au siège >> questionnements // conditions de préparation en réel.


==> Modifier la planification du temps dédié à la préparation, de 8 heures à 11 heures, pour permettre une rotation des différents postes avec un lissage des préparations pour le lendemain sur l’après-midi.


Vente à emporter (VAE) : Pas d’évacuation d’eau >> difficultés de nettoyage + matériel inadapté >> attention aux normes // hygiène (ex. serpillière). Distance VAE/frigo négatif : 43 secondes ; déplacements récurrents lors de la préparation de desserts (ex. tartes) pour récupérer les produits (utilisation d’un chariot à roulettes). Espace VAE aveugle pendant la recherche des produits. Préparation sandwichs ; Encombrements de l’espace en raison des nombreux produits nécessaires aux préparations.


>>> Zone amenée à disparaître >>> enjeu // plan de travail en zone « préparation froide » >>> + 1 personne.


Zone petite au regard du nb de personne qui y intervient, encombrement très rapide des plans de travail, matériels stockés dessus donc réduit la place de travail, 3 échelles dans la zone et 4 échelles à proximité pour les prépa du jour pour le free flow ; Traiteur prépa à la demande de 6 h 30 à 8 heures pour être décalé aux autres prépas.


Complexité en printemps/été plus de recettes froides et changement chaque semaine.


VAE dans une zone différente, sans évacuation d’eau, préparation de tartelettes, frigo à l’opposé de la zone de préparation Zone amenée à disparaître dans la transformation, va se retrouver dans la zone prépa froide déjà bien occupée.


Autres : Passages intempestifs Clients au sein du restaurant, de l’extérieur (terrasse, proximité parking) pour accéder à la galerie ou vice-versa, de la galerie via l’entrée VAE pour se rendre dans la zone accueil avec passage en caisse à contresens.


>>> Pression, surveillance, attention et vigilance des salariés + gênes déplacements salariés, clients.


Utilisation des échelles de stockage pour le réassort, optimisation du réassort, des déplacements, du port de charges Espaces aveugles en salle, pas de visibilité ou d’effet « coup d’œil » >> difficultés d’anticipation, de surveillance, pas d’économie en termes de déplacements (+ pousser/tirer chariot), pas de répartition de zone par salarié.


Grande surface au sol à parcourir pour couvrir la salle - 13 000 à 15 000 pas en moyenne soit 8 à 10 km/jour.


EPI – chaussures de sécurité : Douleurs, inconfort, perméabilité.


Stockage denrées, produits, fabrication : espaces de stockage insuffisant lors des journées à forte activité.


Sentiment de débordement et de conditions de travail dégradées, turn-over, incivilités clients, rythme intense à certaines périodes. Sentiment de décalage entre le siège et les restaurants.


Difficultés de prévoir le nombre de clients, déséquilibre vie pro/perso, postes peu attractifs : laverie, prépa froide, chaude, pas suffisamment formée.


> Transfo : remplacement de la VAE par un bar avec grab and go, free flow en U.


Question élus : On revient à la vente de sandwich à la place du grab and go ? Parce qu’on supprime la zone de préparation Réponse : Aucune décision n’est prise, des tests sont en cours.


Remarques élus : le GRAB & GO entraîne plus de vols.


Question des élus : est-ce que les imperfections relevées seront corrigées sur les prochains restaurants : ex le poste burger ?


Réponses : plus tard dans la présentation.


Remarque des élus : concernant le traiteur, le chiffre d’affaires sur les week-ends est important et nécessite du personnel et de l’espace. Est-ce qu’on a intégré cette problématique-là ? Il y a un risque en matière d’hygiène Réponse : on prend le point, mais la transfo ne touche pas aux arrières, sur certains restaus seulement.


Remarque élus : plan de travail plutôt bien dimensionné, mais vite encombré par le matériel manque de moyen pour les ambitions on nous demande d’être plus productifs, mais pas assez d’espace.


Réponse : pas de modification des arrières dans la plupart des transfos.


Question élus : quelle modification a été apportée en laverie à Bordeaux lac ? 


Réponse : les étagères ont été surélevées.


Roncq et Labège : témoins transfo (petit et grand)


Difficultés remontées communes :


Machines à glaçons : appareil qui se bouche ; projection de glace pilée au sol, impacts : nettoyage du sol régulier ; mobilisation d’un salarié. Risques : glissades/chutes ; parasitages des activités salariés Pistes de réflexions : réglages capacités machine et volume de glace pilée par le fabricant.


Machines à café : pannes ; perte du ticket à scanner ; difficultés client à comprendre le parcours de fabrication ; erreur de manipulation après utilisation du ticket (1 seule utilisation). Impact : mobilisations salariées ; préparation de tickets d’avance ; déblocage machine. Parasitage et interruption des activités en cours ; remarques/mécontentement.


Pistes de réflexion : analyse des pannes et simplification du parcours client par le fabriquant ; informations clients sur l’usage du ticket ; préparation de tickets secours.


Point d’eau : difficultés d’accessibilité PMR ; pas de contenants prévus (déplacements clients parasites) ; utilisation détournée des carafes ; éclaboussures ; usage lavabo pour les mains. Impacts : nettoyage récurrent ; mobilisation salarié Risques : glissades/chutes ; parasitage des activités.


Pistes de réflexion : vérifier les normes PMR ; mise à disposition de contenants à proximité ; réglage du débit// éclaboussures ; voir adéquation usage/forme de l’évier.


Affichage Accueil : affichages produits parfois non disponibles ; erreur sur la composition de menu. Impacts : stagnation Clients ; erreurs rattrapées lors du passage en caisse. Risques : mobilisation salarié (correction, explication) ; mécontentement ; temps d’attente en caisse.


Pistes de réflexion : voir si possibilité d’accès à l’affichage en local ; optimisation contenus en lien avec les erreurs clients relevées.


Affichage ligne chaude : réglages écrans d’affichage gérés en distanciel par un prestataire ; modification payante. Impacts : affichages peu agiles ; affichages erronés. Risques : erreurs Clients à réorienter ; mécontentements lors d’affluence // temps d’attente.


Pistes de réflexion : voir si possibilité de modification informatique interne ; alternative à l’affichage digital (cf. Toulouse).


WOK : pas de rack pour contenants (ex. huile) ; point d’eau pour lavage >> circulation ; supports WOK. Impacts : extension des avant-bras ; passage au-dessus des zones chaudes. Risques : sur-mobilisation des membres supérieurs ; brûlures ; chutes Pistes de réflexion : conception d’un bac/rack dans la zone de préhension la plus proche du corps pour les contenants ; supports suspension des WOKS à proximité du point d’eau ; pas d’encombrement et espacement suffisant dans la zone de circulation ; optimiser la rotation wok (nombre suffisant) selon demande clients.


Biper : erreur de repositionnement par le client sur la colonne, impacts : correction par les salariés ; extension des bras au-dessus des zones chaudes. Risques : brûlures ; inconfort // ambiances thermiques ; sursollicitation des membres supérieurs/posture courbée.


Pistes de réflexion : faciliter l’accessibilité par les salariés à la colonne ; extension du biper à d’autres comptoirs de la ligne chaude pour éviter les lignes d’attente (ex. pizza, burger).


Frigo + : format rectangulaire ; zone restreinte de déplacement ; complexification manipulation/déplacement des échelles ; travail à l’échelle >> travail au plateau ; faible effet coup d’œil sur les produits. Impacts : complexification et perte de temps pour préparer les échelles et réaliser le réassort ; augmentation des manipulations et manutentions ; déplacements +++; présence d’une seule personne. Risques : perte de temps et d’anticipation ; complexification de la sélection des produits dans le process de réassort.


Pistes de réflexion : désencombrer ; repenser l’aménagement intérieur et le stockage hors échelle ; optimiser la zone de circulation.


Chaussures : plaintes, douleurs ; inconfort ; perméabilité. Risques : gênes, ampoules, bursites, malformations.


Pistes de réflexion : proposer plusieurs modèles ou gammes.


Galettoires : port de charge lourde lors du nettoyage ; prise loin du corps. Impacts : courbure/tronc penché ; poids de 17 kg. Risques : TMS//colonne vertébrale/membres supérieurs ; fatigue à la suite d’une sollicitation importante des membres supérieurs après le service.


Pistes de réflexion : adapter la tâche // au profil salarié(e) : rappel port de charge max. Homme : 30 kg, Femme : 15 kg ; si +45 ans : 25 kg (hommes) et 12 kg (femmes). Proscrire la manutention aux salariées ; confier la tâche de soulèvement/déplacement du matériel à 1 salarié. Autrement prévoir la mise en place de binômes (saisie ensemble) lors de la phase de nettoyage. Mise en place de sensibilisation/formation PRAP. Création et affichage d’une fiche de sécurité avec consignes et illustrations des procédures de sécurité lors de la manipulation/manutention des galettoires.


Glacier : pannes ; surchauffe de l’appareil, fortes variations de températures // flux clients. Impacts : arrêt machine ; produits à mauvaise température ; perte marchandises. Risques : difficultés à travailler le produit à bonne température ; arrêt de service.


Pistes de réflexion : voir fabricant/fournisseur pour un réglage // une utilisation intense ; ouverture frontale basse.


Sol (Roncq, laverie, couloirs arrières, ligne chaude, préparation froide, bar) : difficultés et complexification des tâches de nettoyage // nature du sol ; différences de niveaux ; problème d’évacuation de l’eau (cf. Roncq, préparation froide + bar + arrières) ; revêtement du sol ne permettant pas le déplacement de certains mobiliers lourds sur roulettes lors du nettoyage (cf. Roncq ; ligne chaude) ; revêtement carrelage qui marque/tâche malgré un nettoyage intense à la main (cf. Roncq ; préparation froide) ; revêtement résine qui emprisonne les salissures (cf. Roncq ; laverie). Impacts : matériels non adaptés au nettoyage ; eau stagnante ; hygiène et sécurité ; tâches récurrentes et non abouties. Risques : hygiène et propreté des locaux de travail ; fatigue liée à une tâche qui nécessite un temps + important ; sentiment d’inefficacité et de qualité dégradée Pistes de réflexion : achat d’outils de nettoyage adaptés selon les sites ; proscrire les serpillières >> utilisation de raclettes pour le sol ; gestion des sols et des niveaux : privilégier la mise à niveau du sol ou à défaut créer une rampe de prendre inférieure ou égale à 3°, soit environ 5 % ; faire le point sur les revêtements, vérifier la qualité et l’adaptation à un nettoyage très régulier et permettant le déplacement de mobiliers lourds sur roulettes ; faire le point sur la qualité et le nombre de points d’écoulement et canalisations d’évacuations sur les zones clés : préparations froides ; laverie ; bar ; sous-traitance nettoyage.


Couloir de rechargement plateaux/couverts : faible taux d’éclairement. Impacts : complexification des tâches ; fort contraste lumineux (passage accueil/zone de rechargement). Risques : gênes visuelles Pistes de réflexion : vérifier les taux d’éclairement ; ajout d’une source lumineuse si besoin.


GRAB & GO : Constat : zone non surveillée, possibilité de générer un ticket sans payer ; possibilité d’erreur sur la commande par le client ; absence de maintien de produits (frigo). Impacts : Chute de produits si remplissage arrière, usage avant pour le remplissage, démarque inconnue, pas de surveillance lors de forte affluence. Risques : conflits, stress, inquiétudes // comportements clients.


Pistes de réflexion : Mise en place d’une barre de maintien des produits, Sécurisation de la zone et de la procédure d’achat.


Crêpières : crêpières accolées (cf. Toulouse), difficultés à manier les deux crêpières, vigilance accrue. Risques : brûlures.


Pistes de réflexion : espacement à prévoir (10-15 cm).


Remarques élus : Digiboard changement de prestataire et pas possibilité de faire de chaînage automatique, il faut faire en manuel. Le bac de lavage pas assez profond pour les woks.


Réponse : Remplacé sur les nouveaux restaus, plus grand.


Question élus : est-il prévu un crochet de séchage pour les woks ?


Réponse : Oui.


Remarque élus : Concernant la table pour poser le galettoire.


Réponse : On va faire une procédure avec une table à amener à proximité.


Remarque élus : Nettoyage des vitrines du meuble-bar compliqué à nettoyer, plaque à enlever nécessite de se pencher fortement ou d’enlever la vitrine glacier et GRAB & GO.


Question élus : Zone de stockage du U : toujours pas de possibilité de mettre plus de stockage froid.


 Réponse : Non.


Question élus : Pas possibilité de mettre les roulants sous le U pour éviter des manutentions ?

Réponse : Non.


Question élus : Pas de possibilité de poser les plateaux blancs pour réapprovisionner.


Réponse : On a retravaillé le meuble pour mettre une casquette au-dessus des étiquettes digitales pour poser les plateaux blancs d’un seul côté.


Remarque élus : Approvisionnement du free flow il faut vraiment creuser pour résoudre ce point noir.


Le ticket pour la machine à café choque, on va sur du papier jetable plutôt que les jetons réutilisables, vraie régression.


Réponses : réflexion en cours, solution QR code.


Remarque élus : point d’eau en salle sans possibilité de se servir.

Réponses : ça a évolué depuis.


Question élus : plaque chauffante manque la poignée pour soulever pour nettoyer il n’y en a plus sur Roncq.


Réponses : on va regarder.


Remarque élus : Chaussures, éternel problème, mettre à l’ordre du jour d’une prochaine réunion.


Réponses : OK.


Question élus : Glacier, impossibilité d’avoir des meubles bien réglés pourquoi ?


Réponses : étonné aussi ne sait pas pourquoi ça ne fonctionne pas.


Remarque élus : Le GRAB & GO entraîne du stress des salariés à cause des vols.


Réponses : Hervé en a parlé en CSEC, point non arbitré, parcours non optimisé à ce jour.


Espace Accueil autour du free flow : erreurs clients // menu enfant, eau filtrée (utilisation de carafes) ; contenants/plateaux/produits, mésusage des contenants ; des fontaines à sodas ; confusion clients // vins et bières (bouteilles et tireuse) avec questions fréquentes, accès difficiles aux verres soft ; problème de visibilité, prix peu visibles (cf. Toulouse, meuble boissons). Pas de stockage réfrigéré des boissons à proximité du meuble >> déplacement/traversée zone accueil, absence de barre de soutien/maintien produits // frigo enfants. Impacts : erreurs à corriger en caisse ; temps d’attente augmenté en ligne de caisse ; mobilisation salariés pour rattrapage d’erreur/actions correctives ; remplissage par l’avant malgré un accès arrière pour éviter les chutes ; perte de temps ; déplacement non fluide avec produits lors du réassort boissons et verres pendant le service/parcours clients. Risques : fatigue/inconfort ; stress ; port régulier lors d’affluence ; chute produits ; TMS colonne vertébrale/épaules/bras ; génuflexions ; gestion de conflits.


Pistes de réflexions : Proposer des contenants/verres en hauteur (visibles à hauteur d’homme) ; possibilité de meubles adaptés, clarifier, signifier les contenants, les boissons comprises et hors menus ; proposer des barres de soutien produits frigo enfants, conteneurs isothermes éventuels pour le stockage à proximité des boissons les + consommées. Possibilité d’un chariot de service réfrigéré.


Ligne de caisses : Confusion client // effet d’alignement avec passage plateaux dans le même sens ; étroitesse de l’espace de travail ; encombrement ; caisse centrale entourée par les flux clients. Impacts : Sentiment d’enfermement lors de période d’affluence ; sentiment d’insécurité // comportement client. Risques : gènes, membres inférieurs ; chocs ; mise en sécurité Pistes de réflexions : proposer un bac poubelle adapté, s’intégrant au meuble ; vérifier les modalités/possibilités de sortie des lignes de caisses ; mettre en place une procédure de sécurisation en cas de conflits clients ; favoriser la présence d’un homme, en caisse centrale, en situation d’affluence.


Bar (Roncq) : gestion multicommandes (bornes, bar, caisses, grab & go) et multipaiement ; volume +++ de commandes dans un même temps : crêpes, glaces, café ; erreur client //interface bornes produisant tickets doubles ; abandons clients après commandes non payées ; effet amassement/attente client au comptoir ; confusion accès restaurant // bornes et ancien accès. Impacts : en période d’affluence, forte mobilisation salarié // activité de préparation ; temps de cuisson incompressible ; effet de pressurisation ; faible disponibilité pour les clients ; effet « dos tourné », « tête baissée » ; difficultés d’anticipation ; clients pensant que les commandes sont uniquement sur bornes ; pas de surveillance GRAB & GO.


Risques : débordement ; surcharge ; stress ; intensification du travail ; charge mentale élevée ; augmentation des déplacements ; période d’activité intense ; fatigue ; sentiment de course avec impossibilité d’absorber la charge dans les temps clients.


Pistes de réflexion : blocage des bornes à 15 commandes ; affichage clients // validation commande en borne/bar + temps d’attente estimé ; possibilités de bipers ; rapport commandes/nombre de salariés ; voir possibilité d’imposer le paiement en borne/ GRAB & GO ; salarié en + dédié (ex. glaces) en période d’affluence.


Free Flow - « U » : afflux de clients, saturation des zones de déplacements ; superposition des zones attente en caisse et accès au free flow ; circulation difficile (parcours obstacles) ; faible capacité frigos bas. Impacts : problème d’accessibilité ; circulation heurtée, non fluide ; pas effet coup d’œil ; vigilance forte ; produits frais à proximité des clients ; difficultés // déplacement salariés avec travail au plateau ; réassort ralenti ; effet de course (runner). Risques : augmentation des déplacements ; chutes ; inconforts ; perte de temps, génuflexions ; TMS membres inférieurs ; fatigue ; inconfort ; stress Pistes de réflexion : tablettes/supports pour plateaux ; réflexions // chariot de service lors de service à forte affluence ; si besoin conteneurs isothermes.


Pizza : implantation arrière avec proximité activités chaudes (cf. Roncq vs Toulouse). Impacts : ambiances thermiques ; vigilance/attention accrue ; limitation des déplacements ; stockage outils/ustensiles arrière salarié. Risques : brûlures ; choc ; fatigue ; inconfort et stress.


Pistes de réflexion : implantation à vérifier/optimiser si utilisation de la zone « crêpières/moules » ; 2e accès ustensiles à proposer.


Bistrot : forte affluence + proximité zone légumes (cf. Roncq ; forte affluence). Impacts : effet d’accumulation ; difficultés de circulation et d’accès client aux produits à volonté. Risques : inconfort, stress, mécontentement client – gestion de conflits. Pistes de réflexion : voir possibilité décalage comptoir bistrot // zone légumes (Roncq).


Burger : absence de plan de travail suffisant ; contenants petits formats. Impacts : activité nécessitant de nombreuses manipulations avec des zones de préhension inadaptées (hauteurs, atteintes, visibilités). Risques : TMS membres inférieurs/génuflexions ; cervicales (tête penchée) ; multizones (frigo en bas ; contenants à gauche).


Pistes de réflexion : optimiser l’espace de préparation/plan de travail à intégrer en largeur et profondeur (idéalement 2 assiettes) + rack contenants, ustensiles ; voir pour un format contenants + large.


Conclusion :

De nouvelles activités de travail et des activités transformées : Une transformation qui modifie la réalisation de certaines tâches et processus (ex. nettoyage ; réassort free flow) et la création de nouveaux postes (ex. bar vs. VAE ; burger ; pizza) Une intensification des activités (ex. free flow ; bar), une démultiplication de certains gestes/postures, ports de charges et déplacements. Un sentiment de pressurisation, d’empêchement, de contraintes/astreintes qui peut être majoré >> transformation des processus de réalisation et des méthodes de travail.


Des ajustements à réaliser selon les spécificités des restaurants : Des problématiques différentes selon la taille des restaurants et les types de clientèles (impacts sur la salle ; « U »). Engager un suivi des effets des transformations à 3, 6 et 12 mois pour intégrer des ajustements spécifiques. Être à l’écoute des remontées et des besoins des activités avec une démarche intégrative sur 1 an post-transformation. Dans la mesure du possible faire tester des matériels, ustensiles, en amont de futurs achats (tests utilisateurs).


Communiquer, informer : Sentiment de ne pas être entendu, de distance entre le siège et les restaurants. Limiter l’effet « siège vs restaurant » en lissant la communication et les informations (ex. conception plat).


Valoriser les métiers, les savoir-faire, les tours de main : Des métiers différents aux compétences variées. Identifier les spécificités métiers ; les tâches complexes nécessitant de l’expertise. Intégrer les stratégies de préservation de la santé dans les procédures de travail (ex. laverie, préparation froide, réassort, bar).


Remarques élus : le but est que les points remontés soient pris en compte sur les prochains sites transformés.

Les périodes de fermeture doivent être utilisées pour la formation sur les nouveaux métiers et pas pour des dépannages il y a parfois dérive, des restaurants qui forment ont fait des adaptations.

La formation réalisée par Cédric Legrand est de meilleure qualité avec des explications sur le wok et la pizza. Il explique bien comment anticiper.


Réponse : On va voir avec le service formation s’il est possible de faire une vidéo de Cédric pour avoir un référentiel correct au départ.


Questions ergonome pôle du travail : Comment vous le voyez ? Toutes les pistes vont être testées.


Réponse : Oui on va essayer, on fait des modifications sur les restaurants.


Il y a plein de services différents qui doivent intervenir, on a le rapport depuis 2 jours, il faut que l’on travaille avec les différents services, il y a encore des ajustements de concept à arbitrer GRAB & GO, boissons).


Il y a des petites choses réalisables rapidement.


Sujet du bar, un vrai sujet même s’il ne touche pas tout le monde.


Sur le sujet des Biper réflexion en cours, les bornes nécessitent quand même d’avoir une caisse.


Questions ergonome pôle du travail : vous allez échanger avec le comité de direction ?


Réponse : Oui, mais il va y avoir des élections en novembre.


Médecin du travail : Sur V2 il y a une étude avant et 6 moins après transfo, via un questionnaire.


Question élus : pour les futurs transfos, les plans de fin 2023 ont été envoyés à l’ergo ?


Réponse : Oui .


2. Point sur le stress au travail.


Pression due à la charge de travail et la multiplication des tâches.


La direction : Quelle est votre question ?


Réponse élus : Sur les restaurants on revient sur les frais de personnel, on ne parle que de la productivité. Engendre du stress.


Le client n’est pas satisfait car perçoit le stress du personnel. Personnel qui se met en arrêt, le personnel n’en peut plus.


Il faut travailler sur le sujet.


La direction : Qu’est-ce que vous proposez ?


Réponse élus : Arrêter de tirer sur les frais de perso car ça fait partir les clients. Retravailler les trames avec les salariés eux-mêmes. Rarement fait. Les salariés peuvent proposer eux-mêmes des solutions.


Manque le dialogue avec les salariés pour connaître leur ressenti.


La direction : J’ai pris note, on en reparlera en CSEC.


Remarques élus : C’est profond et ça ne date pas d’aujourd’hui



3. Bilan des AT et des maladies professionnelles.


Recoupage des lésions et des lieux de survenance demandé lors de la dernière réunion : Pas possible l’outil ne permet pas 39 AT déclarés sur la période (3e trimestre).


Brûlures (9) et glissades de pleins pieds en hausse (8).


Lieux identiques : Laverie et chaud.


Maladie professionnelle : à creuser car aucune déclaration depuis début d’année : peu probable.


2 restaurants ressortent : Bayonne et Tours St Pierre. Interpeller le RRh sur le sujet..


L’heure de survenue pic à 14 heures donc période de nettoyage.


Jour de survenue : vendredi et dimanche : suppose effet saisonnier.


Rappel à faire : formation à l’intégration.


4. Bilan de la cellule d'écoute psychologique.


6 demandes, 12 appels depuis début d’année.


Question élus : Question sur les agressions : qu’est ce qui est fait par le restaurant ? Appréhension de reprise, démarches juridiques, est-ce que l’entreprise porte plainte également ?


La direction : La procédure a été écrite ensemble, l’entreprise n’a pas toujours la possibilité de porter plainte


La personne ne se sent pas toujours soutenue par l’entreprise, va regarder dans la procédure s’il y a des entretiens de suivi prévu ou de reprise Ajout dans la procédure de dire au salarié les démarches réalisées.


11) Point budget CSEC :


Solde au 9 octobre 2023 -> 104 920,70 euros.


12) Rapport de fin de mandat :


Le présent rapport de fin de mandat est établi conformément à l’article R.2315-39 du Code du travail afin de récapituler les principales consultations, actions et réalisations effectuées au cours du mandat 2019 – 2023 au sein du Comité Social et Économique Central (CSEC), en vue d’information des nouveaux membres qui seront élus lors du renouvellement de l’instance.


ARTICLE 1 : Principales consultations réalisées sur la période, dans le cadre des attributions économiques et sociales du CSEC.


Au cours de la période 2019-2023, outre les consultations obligatoires, les membres du CSEC ont été consultés dans le cadre de divers projets/évènements marquants.


Consultations récurrentes obligatoires :


Les membres du CSEC ont été régulièrement consultés sur les points suivants :


- Les orientations stratégiques ;

- La politique sociale ;

- L’examen annuel des comptes.


Événements marquants :


La période 2019-2023 a été marquée par :


- Les mesures sanitaires mises en place dans le cadre de la pandémie Covid-19 ;

- Le projet de fermeture de 57 restaurants et la mise en œuvre d’un plan de sauvegarde de l’emploi ;

- L’ouverture d’une procédure de sauvegarde ;

- La nouvelle organisation de la Maintenance ;

- La modification d’organisation du siège social (créations de la BU Everywhere et des services comptabilité, informatique et paie) ;

- La fermeture du restaurant de Nice Saint Isidore ;

- Le projet de transformation des restaurants ;


ARTICLE 2 : Bilan de gestion du budget de fonctionnement et état du patrimoine.


Budget :


Au 9 octobre 2023, le solde du compte du CSEC est de 104 920,70 euros.


Présentation du compte pour l’année 2023 :



Un bilan comptable sera transmis aux nouveaux membres du CSEC fin 2023.


Abonnements :


Le CSEC atteste qu’il n’a contractualisé aucun abonnement.


Biens matériels :


À date, le CSEC ne détient aucun matériel.


ARTICLE 3 : Remise de documents.


Les signataires du présent rapport s’engagent à remettre au prochain CSEC, tout document relatif à l’administration.

516 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page