top of page
  • Photo du rédacteurSection Flunch CFDT

Compte rendu de la réunion extraordinaire du CSEC du 18 avril 2024




Membres CFDT présents :

 

CHARTRELLE Sabrina (Titulaire)

DUBOIS Grégory (Titulaire)

GODFROY Dominic (Titulaire)

NION Isabelle (Suppléante)

 

STALMACH Christophe (Représentant syndical).

 

Excusé : BAUDIER Éric (Titulaire)

 

1. Composition du CSEC pour la séance :

 

Point sur les présents et les absents.

 

2. Information en vue d’une consultation sur le projet de transformation « Re Flunch » Valenciennes Petite-Forêt :

 

Présentation par le directeur général Flunch du projet « Re Flunch » du restaurant de Valenciennes Petite-Forêt.

 

De par le caractère confidentiel de ce point, certaines informations ne seront pas communiquées dans ce compte rendu.

 

Voici les principaux sujets abordés :

 

-        Conserver et optimiser nos points forts (buffet légumes à volonté, le design actuel, l’espace de jeux enfants, univers de salles différenciés).

-        Passer en parcours digital (bornes en autonomie, appli commande, Commande à table via QR code, tablette de commande en assisté pour remplacer les caisses).

-        Répondre à la dette du « À emporter » une offre 100 % conçue pour l’usage « à emporter ».

-        Améliorer l’expérience culinaire (positionner Flunch comme le restaurant où bien manger et se faire plaisir est accessible à tous).

-        Valoriser ce qu’on peut manger chez Flunch dès la galerie.

-        Améliorer l’expérience retrait plats chauds.

-        Pôle Froid - > Davantage valoriser l’offre par la théâtralisation.

-        Pôle chaud - > Les cuisines gourmandes chaudes.

-        Pôle sucre.

-        Humain - > améliorer l’efficience des collaborateurs (hospitality : Recentrer le poste de caisse vers l’accueil client, ergonomie : Améliorer les conditions de travail, Lean : Améliorer la productivité).

 

3. Times up :

 

Question : Est-ce que le logiciel est acheté ou loué ? Combien ?

 

Réponse : Flunch paye un abonnement afin que la maintenance de l’outil soit assurée par le prestataire. L’entreprise est en quelque sorte « locataire » de la prestation.

La tarification appliquée correspond au nombre de bulletins de paie traités dans l’année + un forfait de maintenance qui peut être plus élevé si ce de dernier est dépassé.

 

Question : Quel est le cahier des charges du logiciel ? Comment a-t-il été appliqué ?

 

Réponse : Le cahier des charges avait pour but de trouver un système capable de remplacer le logiciel précédent qui était obsolète ! Il fallait un outil capable de gérer l’annualisation.

 

L’application et le déploiement se font au fur et à mesure. Des modifications sont régulièrement apportées afin de rendre l’outil plus performant.

 

Question : S’il ne répond pas aux besoins de l’entreprise, comment le problème va-t-il être réglé ? Dans quel délai ?

 

Réponse : Si malheureusement Time Up ne donne pas satisfaction avant juin de cette année, une réflexion sera engagée afin d’éventuellement le remplacer, mais pas avant 2025.

 

Question : Point d’état de l’outil ?

 

Réponse : La situation s’est améliorée, mais n’est pas encore satisfaisante.

 

Question : Trop de problèmes rencontrés dans tous les restaurants, comment la situation va-t-elle être réglée rapidement ?

 

Réponse :Difficile de répondre à cette question ! Comme il l’a été évoqué précédemment, la situation s’améliore. Néanmoins si les difficultés perdurent l’entreprise pourra prendre la décision de changer de prestataire.

 

Question : Pointage des représentants du personnel.


Réponse : Le prestataire est en train de travailler sur cette problématique.

 

4. RVI (revenu variable individuel),

 

Question : Quels sont les critères d’attribution ?

 

Réponse : - Marge – frais, QSE, client à cœur, NPS

 

Question : Qui décide de l’attribution ?

 

Réponse : C’est le résultat qui décide de l’attribution et du montant des RVI. Néanmoins afin de récompenser des efforts particuliers, il a été décidé d’attribuer une prime exceptionnelle à certains collaborateurs. Ce sont le directeur général et le directeur des ressources humaines qui valident ces primes.

 

Question : Pourquoi tant de différences entre les restaurants dans les montants attribués ?

 

Réponse : Il y a une différence dans les résultats, donc une différence dans l’attribution et le montant des RVI versées aux collaborateurs.

 

 

 

Prochaine réunion du CSEC le 29 mai 2024.

187 vues0 commentaire

Comments


bottom of page