• Section Flunch CFDT

Compte rendu de la négociation du PSE du 19 mai


Une nouvelle fois, l’entreprise considérant avoir clôturé l’ensemble des points évoqués lors des réunions précédentes ne prétendait discuter ce jour que de l’indemnité de licenciement.


L’intersyndicale ne partage pas cette position de la direction et attend de celle-ci la conclusion d’un accord permettant à tous les salariés impactés de retrouver une solution d’emploi viable.


Il reste encore de nombreux sujets non abordés à ce jour ou du moins pas encore résolus :


- Les mesures d’âge pour les salariés de 57 ans et plus, dans le cadre du reclassement externe ;

- La sécurisation du transfert des salariés vers les repreneurs ;

- Diminution du nombre de licenciements au siège ;

- Une indemnité de licenciement à la hauteur du préjudice subi par les salariés.


Flunch argumente son refus de débattre encore de ses points par le fait que l’entreprise est au bout de ce qu’elle peut faire financièrement sur un PSE, dans les conditions actuelles de sauvegarde et de trésorerie extrêmement tendue.


Nous n’avons néanmoins pas cédé et avons tenu à débattre cette fois encore de ses points selon nous indispensables à la finalisation d’un projet de PSE juste et à hauteur du préjudice subi par les collaborateurs concernés par la fermeture des restaurants.


Mesures d’âge pour les plus de 57 ans et plus


Notre demande consiste au versement d’un différentiel de salaire en complément des indemnités chômage durant une durée de 24 mois pour les salariés de 57 ans et plus à hauteur de 80 % du salaire brut.


Après de nombreux échanges à ce sujet la direction à déclarer que le coût un tel dispositif s’il était mis en place serait déduit du budget dédié à financer l’indemnité de licenciement.


Bien entendu, nous ne nous sommes pas satisfaits de cette réponse et nous maintenons cette revendication qui si elle devait être retenue ne devra pas avoir d’impact sur le montant de l’indemnité de licenciement.


Sécurisation du transfert des salariés vers les repreneurs


Cette mesure a pour objectif de permettre aux salariés de bénéficier des mesures du PSE 12 mois après la reprise de leur restaurant en cas de défection de leur repreneur.


Refus catégorique de la direction sur ce point ! Nous tenons néanmoins à sécuriser un minimum le transfert des salariés concernés par une reprise.

Diminution du nombre de licenciements au siège


Depuis le début de cette négociation, nous nous évertuons à convaincre la direction que la baisse drastique des effectifs du siège engendrera des dysfonctionnements qui entraveront de manière significative le bon fonctionnement de l’entreprise.


Flunch a pris pour seul engagement sur ce point le probable sauvetage de 3 postes, dans la mesure où le nombre de reprises en franchise des restaurants cédés le permettrait !


Nettement insuffisant selon nous qui estimons que ce chiffre devrait être porté à 10.


Indemnité de licenciement


Face à notre détermination, sur ce point l’entreprise a revu sa proposition et a proposé 0,50 du salaire brut mensuel par année d’ancienneté.


Cependant, on est encore loin du compte pour l’intersyndicale qui revendique 2/3 (0,66) du salaire brut mensuel par année d’ancienneté.


Nous avions dès la veille proposé de nouvelles dates de réunion (27 mai, 2 juin et 10 juin) afin de continuer les négociations.


Fin de non-recevoir de nos interlocuteurs, qui ont clairement fait comprendre que faute accord d’ici le 26 mai, il « pourrait » être annoncé lors de l’audience au tribunal de Commerce de Lille la fin des négociations et de ce fait le dépôt d’un accord unilatéral à la DREETS (Direction Régionale de l’Économie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités).


De plus, on nous a également signifié que le projet de PSE déposé serait celui incluant les mesures accordées jusqu’au 29 avril et pas au-delà, ce qui implique que les avancées obtenues lors de la réunion du 11 mai n’y figureraient pas ! Belle façon de négocier ! Il ne s’agit ni plus ni moins à nos yeux qu’une forme de chantage auquel nous n’entendons pas céder.


Le lendemain de cette 8e rencontre, à l’heure de la rédaction de ce compte rendu, on vient de nous proposer une 9e réunion le 25 mai, tout en sachant qu’une grande partie des négociateurs de l’intersyndicale doivent participer le même jour à la réunion préparatoire du CSEC prévu le 26 mai au matin. L’après-midi du même jour, certains d’entre nous doivent également être présents à l’audience du tribunal de commerce de Lille.


Impossible donc de retenir cette date et nous avons donc proposé une nouvelle fois d’organiser une réunion le 27 mai.


Si Flunch le refuse, nous continuerons cependant de faire parvenir à l’entreprise nos propositions, car l’intersyndicale veut continuer à négocier pour le bien des salariés. Gageons que notre direction le désire aussi et que nous parvenions à trouver des solutions équitables pour tous.


Nous vous tiendrons évidemment informé des suites de ces négociations.


L’équipe de négociation :


– DUBOIS Grégory délégué syndical central

– BAUDIER Éric délégué syndical national

– MEYER Virginie déléguée syndicale nationale

– STROHL Claude délégué syndical national

353 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout