• Section Flunch CFDT

Compte rendu de la négociation du 31 août 2021


Ce 31 août a eu lieu la dernière réunion de négociation.


Comme nous le supposions, l’entreprise n’entend pas faire d’effort supplémentaire notamment au niveau de la rémunération des salariés, qu’elle entend plafonner au versement d’une indemnité horaire correspondant à 70 % de la rémunération brute.


Notre revendication initiale à ce sujet consistait à maintenir à 100 % la rémunération des salariés, mais nous avions au cours des différents échanges avec la direction proposée d’indexer le pourcentage d’indemnisation selon le dispositif suivant :


- Maintien du salaire à 100 % si 20 % de l’activité en moins ;

- 90 % du salaire si plus 20 % de l’activité en moins ;

- 85 % au-delà de 30 % de l’activité en moins.


Lettre morte, apparemment aux yeux de la direction, qui maintient donc le taux d’indemnisation à 70 % de la rémunération brute, avec un seuil de déclenchement mis en action s’il est constaté sur un restaurant 15 jours consécutifs en moyenne une baisse de 20 % et plus de l’indicateur de fréquentation client.


Pas acceptable pour l’ensemble des organisations syndicales tant pour le taux d’indemnisation que le pour le seuil de déclenchement !


Il a également été débattu d’instaurer une journée d’activité partielle fixe par semaine afin d’en limiter l’impact dans l’organisation de la vie personnelle des salariés. Pas de retour positif sur ce point nos interlocuteurs se retranchant devant le manque de souplesse d’une telle disposition.


En cas d’activité partielle de longue durée, nous avons néanmoins obtenu l’instauration d’un délai de prévenance de 72 heures afin que les salariés puissent s’organiser avant la reprise du travail. Il est cependant probable que sans un accord global que cette avancée ne soit en définitive plus retenue.


Devant notre refus, la direction a insisté sur le fait qu’il y avait urgence de mettre en place cet accord et a proposé d’en réduire la durée en l’occurrence jusqu’à fin 2022.


Nous comprenons les préoccupations de l’entreprise ! Cependant, nous ne pouvons accepter un accord qui mettra en difficulté financière les salariés et qui en prime risque de déstabiliser également le déroulement de leur vie personnelle.


Gageons que Flunch soit en capacité malgré la « fin » supposée de cette négociation de revenir vers les organisations syndicales avec un projet plus équitable et juste pour les salariés.


En tout état de cause en l’état actuel de choses l’intersyndicale ne validera pas qu’on lui a présenté hier.


Équipe de négociation CFDT :


- DUBOIS Grégory délégué syndical central (Flunch Saint-Omer 62) ;

- GODFROY Dominic délégué syndical national (Flunch Nancy Laxou 54) ;

- JALES Nathalie déléguée syndicale nationale (Flunch Brive la Gaillarde 19) ;

- MEYER Virginie déléguée syndicale nationale (Flunch Tomblaine 54).

136 vues0 commentaire